Retour

L’objectif du Qatar est de diversifier la source de ses revenus et d’élargir son champ d’activités

 

Une croissance économique à deux chiffres

En plus de toute l’économie liée à la pétrochimie, se développent aussi les activités autour du “tourisme conférenciel“, des divers sommets mondiaux et enfin, du sport. De plus en plus de rencontres sportives internationales ont lieu au Qatar; sans oublier l’organisation de la coupe du monde de football en 2022.

Une autre activité économique se développe grâce à “Qatar Investment Authority”. En effet, une partie des excédents financiers du Qatar, due aux hydrocarbures est placée à l’étranger par le biais de QIA, qui investit des milliards de dollars dans près de vingt pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Europe. Créée en 2005, QIA compte déjà de nombreux partenariats avec des entreprises françaises: Lagardère, d’EADS, Suez Environnement, Vinci, Areva, etc.

QIA a également crée une société immobilière gouvernementale Qatari Diar qui possède de nombreux biens immobiliers et touristiques en Europe mais aussi au Sultanat d’Oman, au Soudan, au Maroc, en Ethiopie, en Tunisie au Yémen et en Libye.

Les banques

Le secteur bancaire du Qatar est en pleine croissance, à l’image du dynamisme économique et financier du pays. Le Qatar compte 7 banques qatari, 6 banques islamiques, 1 banque d’investissement et enfin 7 filiales de banques étrangères (dont BNP Paribas).

QNB (Qatar National Bank) domine le secteur suivi de la Commercial Bank of Qatar (CBQ) et de Doha Bank.

Les banques locales doivent faire face à une compétition croissance, avec l’arrivée d’institutions financières régulées par le Qatar Financial Center (www.qfc.com.qa).

activités économiques du Qatar

En effet, le Qatar attire les plus grandes institutions financières mondiales qui se positionnent sur le financement de projets, l’asset-management ou le private banking. Crée en 2005, le QFC héberge environ 70 banques, assurances, et asset-managers étrangers (dont Citibank, Deutsche Bank, Morgan Stanley, AXA…)

Les perspectives

Les pays du Golf dont la Qatar, L’Arabie Saoudite, le Koweït et le Bahrain, ont en projet depuis 2008 la création d’une union monétaire GMU (Golf Monetary Union). Ce projet exige la mise en place d’une banque centrale unifiée.

Retour