Retour

La religion musulmane pénétra au VIIe siècle dans la région du Golfe, alors sous domination de la dynastie des Arabes de Manadhira. Leur roi, Al Mundhir Ibn Sawi Al Timimi, se convertit à la nouvelle religion. Dès lors, le Qatar participa à l’expansion de l’islam; il aida à la préparation d’une première flotte destinées à diffuser la religion au-delà des mers.

Au début du XXème siècle, le cheikh Qasim s’opposa à la tutelle turque, prit les armes et leur infligea une cinglante défaite. Il décida d’adhérer au wahhabisme(d’après le nom du fondateur, Abd Al Wahhab), une doctrine d’interprétation rigoriste du Coran.

Les cinq piliers de l’Islam

Placé sous le regard de Dieu (Allah), nourri par le Coran (al qur’an, le Livre sacré des musulmans), animé par l’exemple du Prophète Mohammed (actes et approbations regroupés dans des récits appelés Hadith et qui constituent la Sunna), le musulman sacrifie à des rites et des usages recommandés par l’une ou l’autre de ces sources.

Les cinq piliers de l’Islam constituent des préceptes fondamentaux obligatoires pour les musulmans sunnites (environ 85% des musulmans). Les autres courants de l’islam acceptent ces préceptes et en ajoutent d’autres.

Ces cinq obligations sont désignées en arabe sous le nom d’ « ibadatt » et sont codifiées. Les cinq piliers de l’islam exigent que les musulmans fassent une profession de foi (chahada), l’aumône (Zakat), jeûnent (ramadanou sawm), prient (salat) et se rendent en pèlerinage à La Mecque (Hadjj).

1- Chahada, profession de foi

Le premier pilier est le plus important car il implique l’acceptation des dogmes et croyances de l’islam.

La formule (« J’atteste qu’il n’y a de Dieu que Dieu et que Mohammed est l’envoyé de Dieu »), une fois prononcée en arabe devant deux témoins musulmans, suffit à faire entrer dans la Communauté des Croyants.

l'islam au qatar

2- Les cinq prières quotidiennes, salat

Dans l’islam, la prière exprime la foi à travers la communication personnelle avec Allah.

La prière peut s’effectuer dans l’intimité ou en public en direction de la Mecque (lieu sacré des musulmans).

La prière commune du vendredi à midi – salat al-juma’a – est un devoir pour chaque musulman. Elle est conduite par un imam, littéralement « celui qui se tient devant », et qui peut être n’importe quel membre respecté de la communauté. Il prononce à cette occasion une khutba, un sermon.

3- Zakat, l’aumône légale

Impôt versé par tout musulman qui en a les moyens à la Communauté des Croyants. C’est le « prélèvement purificateur » pris sur les biens des fidèles, recommandé en maints usages par le Coran.

Il frappe à la fois le capital et le revenu. L’impôt est ensuite réparti entre les pauvres et en général ceux dans le besoin.

4- Sawm, le jeûne du mois de ramadan

Consiste à ne pas manger, boire, fumer ni avoir d’activité sexuelle du lever au coucher du soleil pendant la durée du mois lunaire de ramadan, le 9ème de l’année musulmane.

L’exigence ne se limite pas au corporel et au physiologique car pendant cette période, le musulman doit s’efforcer plus encore que le reste du temps, d’être discret, modeste et loyal. Il ne doit pas jurer, sacrer, blâmer les autres, insulter ses semblables ni se livrer à la violence.

C’est pendant ce 9ème mois lunaire que le Coran fut révélé, ce qui lui confère une signification particulière dans l’islam.

Toutefois, bien que ce jeûne soit un des piliers de l’islam, ceux qui sont trop malades, les femmes enceintes et les très jeunes enfants peuvent en être dispensés.

5- Hajj, le pèlerinage

l'islam au qatar le hajj

Le dernier des piliers de l’islam est le grand pèlerinage à la Mecque.

Tous les musulmans ont pour objectif d’accomplir ce « grand pèlerinage » une fois dans leur vie si leurs finances et leur santé le leur permettent.

Le hadjj se déroule au mois de doul hijja lorsqu’a lieu l’Aid Al Adha, la grande fête musulmane qui commémore le sacrifice d’Abraham.

Ce sont des rites extraordinairement chargés de symboles et de significations que le musulman accomplira à la mosquée sacrée de La Mecque.

Tout croyant qui l’accomplit sera « anobli » du titre de Hajj en rentrant chez lui.

Effectué à une autre période de l’année, ce pèlerinage n’est plus un acte rituel important, c’est l’oumra, pèlerinage normal considéré comme un acte pieux équivalent à un autre.

On remarquera que, contrairement à une idée répandue, le djihad, ou guerre sainte (soit contre ses propres mauvais penchants djihad an-Nafs, soit contre les agresseurs) ne fait pas partie des piliers de l’islam.

Le Ramadan

Le mois du ramadan est l’une des périodes la plus importante de l’année. Pendant ce mois (basé sur le calendrier lunaire) les musulmans jeûnent du lever au coucher du soleil et prennent part à de nombreuses prières qui durent parfois tard dans la nuit.

Tous les jours au coucher du soleil, un coup de canon est tiré de la Corniche pour informer de la fin du jeûne. Des fêtes, rassemblements familiaux sont organisés chez eux ou au restaurant.

Le jeûne veut dire beaucoup plus que ne pas manger, boire, fumer ou avoir de relations intimes pendant le jour, mais aussi avoir une forte dévotion au travail, plus de charité et d’autodiscipline.

Au coucher du soleil les plus traditionnels et les plus âgés vont juste boire de l’eau et manger des dattes puis ils disent la prière du coucher du soleil avant de prendre leur repas principal. Les autres vont manger un repas complet dès le coup de canon. La plupart essaient d’être avec leur famille pour ce repas appelé Iftar.

A Doha, les rues deviennent particulièrement remplies les 30 dernières minutes avant le coucher du soleil et 5 minutes plus tard, celles-ci sont complètement désertées et Doha ressemble à une ville fantôme.

Les boutiques sont ouvertes jusqu’à minuit, les cafés et les restaurants jusqu’à 2 ou 3 heures du matin.

Enfin, les qataris prennent leur dernier repas le Sohour afin de préparer le jeûne qui recommence au lever du soleil. Si certains se couchent tôt, ils se réveillent spécialement pour le Sahour.

Garangao

Le Garangao (sorte d’halloween local) est une tradition pour les enfants pratiquée dans le Golfe, principalement au Qatar et est célébré le 14ème jour du Ramadan. L’origine du mot “Garangao” ou “Gargee’aan” provient du mot «Gara», qui est le son des objets qui s’entrechoquent, tels que le bruit des bonbons dans le sac d’un enfant qu’il porte autour du cou, ou le bruit lorsque les enfants frappent à la porte des gens ou même le bruit des pierres que les enfants portent tout en chantant la chanson de l’itinérance autour des maisons. Les enfants (généralement jusqu’à l’âge de 10 ans) en robe traditionnelle après la prière du Maghreb se rassemblent dans la maison familiale pour aller récolter des friandises dans le quartier ou dans les lieux publics tels que le souk tout en chantant la chanson Garangao. Les friandises modestes du passé ont été remplacées avec des chocolats et des cadeaux plus élaborés mis dans de jolis sacs ou paniers.

A Doha, les rues deviennent particulièrement remplies les 30 dernières minutes avant le coucher du soleil et 5 minutes plus tard, celles-ci sont complètement désertées et Doha ressemble à une ville fantôme.

Les boutiques sont ouvertes jusqu’à minuit, les cafés et les restaurants jusqu’à 2 ou 3 heures du matin.

Enfin, les qataris prennent leur dernier repas le Sohour afin de préparer le jeûne qui recommence au lever du soleil. Si certains se couchent tôt, ils se réveillent spécialement pour le Sahour.

La fin du Ramadan (Eid Al Fitr)

La fête de l’Aïd Al-Fitr (en arabe « Aïd » signifie fête et « Fitr » la rupture) clôt le mois de jeûne du Ramadan et peut durer deux ou trois jours.
Avant que les musulmans ne sortent accomplir la prière de l’Aïd, ils doivent s’acquitter de l’aumône de la rupture du jeûne appelée «Zakatou-al-Fitr» (ou tout simplement ‘Zakat’). Cette aumône permet d’une part de se purifier de tous les manquements commis pendant le Ramadan, et d’autre part elle permet d’épargner aux personnes nécessiteuses, en ce jour de fête, de mendier.

La Zakatou-al-Fitr a un caractère obligatoire et revêt une forme bien spécifique correspondant à environ 3 kg de nourriture par personne.

l'islam au qatar iftar

La tradition musulmane (ou sunna) veut que, avant de se rendre à la prière, le fidèle revête ses meilleurs habits, se parfume et prenne un petit-déjeuner composé de quelques dattes, toujours en nombre impair.
La prière de l’Aïd (salat ul aïd) a lieu en début de matinée.
La fête de l’Aïd Al-Fitr est l’occasion de réjouissances puisque le jeûne est terminé. C’est pourquoi, après la prière et selon les pays, les fidèles visitent leurs proches et amis afin de leur présenter les vœux de l’Aïd. La distribution de cadeaux aux enfants tient également une place importante.

Eid Al Adha (fête du sacrifice) ou Eid el Kébir (“Grande” fête )

Appelée fête du sacrifice, selon le Coran, l’Aid El Kébir est une fête musulmane qui commémore chaque annéel’acte de soumission à Dieu du prophète Abraham. Abraham fut mis à l’épreuve par Dieu qui lui demanda de sacrifier son fils Ismaël qu’il avait eu à un âge avancé de son union avec sa seconde épouse Hadjer. Abraham aimait son fils et Dieu éprouva donc cet amour par une vision. Abraham se vit dans cette vision égorgeant son fils bien-aimé. Il en parla à son fils qui lui dit d’exécuter ce qui lui avait été ordonné. Abraham était prêt à immoler son fils, mais Dieu intervint et pour le sacrifice l’enfant fut remplacé par un bélier, d’où l’origine du nom, « la fête du sacrifice » et de la tradition de sacrifier et manger en le partageant un mouton.

Elle est l’occasion pour chaque musulman de renouveler sa foi et sa soumission à Dieu, d’être meilleur en donnant, en partageant une partie de sa fortune à travers le don. C’est aussi un acte par lequel il réalise son propre besoin d’entretenir et de renforcer ses liens entre les membres de sa famille, ses proches, ses voisins, ses amis, en oubliant les divergences, et en se pardonnant mutuellement. C’est l’une des deux fêtes canoniques de l’islam l’autre étant la fête cloturant la fin du jêune du Ramadan.

Eid el-Adha a lieu 70 jours après l’Eid el-Fitr.

Article écrit par Amel Penant

Retour